Modifier







         André Dupont

         (Aguigui Mouna)


             (1911-1999)

             Le malade de la paix.



    André Dupont, prince de la démerde et de la roue à vielle, roi de la déprime. A dix-sept ans, il s’engage dans la marine qu’il quitte en 1933 à la fin de son contrat. Retourne à sa vie pitoyable comme larbin dans ce monde absurde.
    Marseille, Nice, Paris. Il épouse Mimi en 1939 puis la vire parce qu’elle le cocufie. Mimi est remplacée par Riri. Le nouveau couple adhère au parti communiste le jour de la libération de Paris. André suit alors les cours de l’université nouvelle (1) de Henry Wallon et de Roger Garaudy.
    Suite à une série d’événements (2), le couple s’installe à Antibes et gère une pension de famille, Lou pajeu, mais André Dupont déprime, il accumule trop d’échecs dans sa vie. Il se morfond et se languit jusqu’à ce jour de 1951 où il fait la connaissance d’Antonio, un argentin halluciné qui dépeint la vie insane par des facéties délirantes contre l’autorité et la religion. Pour André, c’est une fulguration, un embrasement de l’esprit. Lui aussi veut maintenant, dénoncer les incongruités du monde.
    "On devient gaga, complètement gaga, fini, usé, terminé... gaga, agaga, agogo, gogo, agag, aguigui.. aguigui".

    André Dupont est mort, vive Aguigui Mouna, champion de la résistance et de la vélorution, cyclodidacte, antimilitariste, trublion anarcho-utopiste.
    Lou pajeu devient une adresse célèbre d’Antibes où vient régulièrement Jacques Prevert.
    Mais Riri (3) ne peut plus suivre la mue et l’évolution de son compagnon. Aguigui Mouna repart pour la capitale où il prend la gestion d’un restaurant pour y monter un club d’aguiguistes. Il sollicite et obtient le parrainage d’Albert Einstein. C’est à cette époque qu’il commence à haranguer les passants juché sur un piédestal d’où il dénonce la guerre d’Indochine et la presse «caca pipi capitaliste».

    Son indignation permanente lui vaudra douze jours de prison pour «outrages répétés à agents» en 1955. Sa nouvelle compagne en profite pour partir avec la caisse.

    Séduit par Gandhi, il devient résolument non-violent.

    Ruiné et de retour à la vie méridionale, il sillonne les routes avec une ânesse qu’il habille parfois d’un costume de bain. Ses provocations permanentes lui valent une condamnation à un mois de prison pour «outrage et rébellion».

    Il milite beaucoup contre la guerre en Algérie au sein de l’Armée de la Paix. Mouna voyage au Moyen-Orient et en Italie où il tente de s’introduire dans le village des athlètes féminines durant les jeux olympiques de Rome. Cela lui vaut vingt jours de détention dans les prisons italiennes.
    Aguigui Mouna, de retour au quartier latin sillonne les rues avec son triporteur et vend son journal «Mouna frères».

    En 1968, Aguigui Mouna s’oppose frontalement à Cohn-Bendit qui le traite comme un simple bouffon lorsque, dans l’espace entre les CRS et les étudiants, il offre un bouquet de fleurs à chacun.
    A la mort de Jean-Paul Ier, il affiche à la porte des églises le slogan : «Si Jésus est mort sur la croix, un pape meurt dans son lit.»

    Aguigui Mouna sera quatre fois non-candidat aux législatives. Sa première candidature se fera sous le Mouvement Ondulatoire Unifié cher à Pierre Dac (4). Son slogan : «Les temps sont durs, votez MOU»
    En 1988, il obtiendra 1291 voix contre Jean Tibéri.
    Le 8 mai 1999 Aguigui Mouna (5), le poète de l’absurde, le tribun des rues est parti pédaler sur son vélo pour mener ailleurs son combat contre les moulins.


          --------------------//--------------------


Aguigui Mouna


Ta vie a des morsures douloureuses
Ta vie ardente respire la révolte
Ta vie marche dans tes pensées.
On écoute les bruits de ta vie
Et les vents de tes rêves font la rumeur.


Sur le miroir de deux violences
L’air décidé, sans désarroi
Tu as déposé les fleurs du monde
Et, comme un triomphe, tu as tiré la langue.
Tu es l’oiseau blanc de l’amour.


Ton vélo chante tes trépas infimes
Et ta croyance tranquille des autres
Et la mélancolie de tes médailles burlesques
Et le feu de ton mépris pour les chaînes
Et l’espoir qui bourgeonne dans ton cœur.


Tu portes fièrement la barbe révolutionnaire
Et tu vibres d’une subtile harmonie
Dont le chant n’est perçu que des cœurs généreux.
De ta poubelle, comme Diogène sur son tonneau
Tu cries haut ta harangue prophétique.


Ton monde est au rebours du nôtre
Il étincelle sur nos nuits d’espérance.
Pour que demain soit d’airain, de ta voix de lave
Tu brises les impostures, tu disloques les silences
Tu enracines dans la lumière l’offrande du rire.


Tu as donné à la rue la poésie de tes théorèmes
Et tes marées de promesses ont léché notre raison
Tu veux sauver l’esprit critique, le sens du mot
Tu décapites les masques sombres de la bourgeoisie
Et aux plages hautes, tu allumes tes étoiles de mer.


Tu voulais attiser les feux de l’effroi
Chez ceux qui portent les couronnes
Et des éclipses de peur chez les autres tyrans.
Aujourd’hui que tu rôdes sur ton ombre
La tristesse désenchantée est notre bagage.


Reviendras-tu nous sauver Aguigui Mouna ?
Le peuple, dans sa noire torpeur, attend son salaire
Les ennemis triomphent sur ses accablements
La fraternité est devenue un labyrinthe
Et la misère une roue âpre qui produit la cécité.



          --------------------//--------------------




  (1) Les Cours de l’Université Nouvelle visaient à faire «Apprendre pour mieux servir la France et son peuple», c’était une université populaire qui prodiguait des cours libres. Parmi ses membres on trouvait Cécile, Roger Garaudy, Henri Wallon et quelques autres. Y figuraient aussi deux prix Nobel : Paul Langevin et Frédéric Joliot-Curie.
  (2) André possédait le goût du vin et des femmes ce qui lui valut quelques déboires.
  (3) A la question :«Qu'est-ce qui arrive à ton mari. Il devient fou ?». Riri a répondu : «Non il rend fou les autres».
  (4) Pierre Dac a créé le MOU en 1965. Il fut candidat à la présidence la même année sous cette étiquette.
  (5) Mouna était ami avec l’abbé Pierre, Cavanna, Théodore Mono, Cabu...
Lire : Aguigui Mouna. Gueule ou crève. Anne Gallois. Dossiers d’Aquitaine. 2004
Voir : Mouna, film documentaire réalisé par Bernard Baissat, Paris, 1989. Visible sur Dailymotion