Modifier







         Louis-Lazare Zamenhof


             (1859-1917)

             L’espérance de la paix.


    Louis-Lazare Zamenhof est né en 1859 à Bialystock, ville de trente mille habitants située dans l'empire russe (aujourd'hui en Pologne). Dans cette ville cosmopolite où se côtoyaient des polonais, des allemands, des russes et des juifs, les rapports entre les habitants étaient loin d'être amicaux voire même parfois violents. Le jeune Louis-Lazare, intelligent et sensible, était bouleversé par ce spectacle persistant d’affrontements et ce déchaînement de haine.
    Louis-Lazare a compris très tôt que les peuples de langues maternelles différentes avaient besoin d'une base commune pour faciliter leur communication, mieux se connaître et résoudre leurs problèmes d'une manière pacifique. Il a donc décidé de créer, pour l'humanité, une langue commune et facile à apprendre, afin que les conflits puissent se résoudre par le dialogue et non par la force. Cette langue, en outre, ne devait appartenir à aucun des pays existants car il connaissait la jalousie qui régnait entre les peuples.
    Il savait que ce langage commun ne transformerait pas les hommes en anges, mais, comme il le soulignait en 1906 lors du congrès mondial d'espéranto : La communication et la connaissance de l’autre vont enlever au moins la plupart de ces bestialités et crimes qui n’ont pas pour cause une mauvaise volonté mais simplement un manque de connaissance et l’emploi de la force.
    Louis-Lazare Zamenhof possédait de solides piliers linguistiques pour s'attaquer très jeune (1) à la création d'une langue nouvelle. Il parlait le yiddish et le russe, le polonais et l'hébreu (2).
    En 1878, la langue était presque prête. Louis-Lazare, alors âgé de 19 ans, l’intitula Lingwe uniwersala. Quelques uns de ses camarades apprirent la langue puis ils fêtèrent ensemble la naissance de ce nouveau langage universel (3).
    En 1879 il partit étudier à l’université de Moscou. Son père en aurait alors profité pour brûler les cahiers de la Lingwe uniwersala estimant que son fils devait se concentrer sur ses études pour devenir un bon médecin.

    A son retour il reprit, de mémoire, la rédaction de son travail et en 1887, il publia, sous le pseudonyme Docteur Espéranto, son premier manuel intitulé Lingvo Internacia de Doktoro Esperanto (4). Ce mot, Esperanto, est le pseudonyme de l’auteur, et veut dire, en Langue Internationale, celui qui espère. C’est la version de base qui après consolidation, va devenir une vraie langue vivante parlée et pratiquée aujourd’hui dans plus de 120 pays sur les cinq continents.

    Du 5 au 12 août 1905, le premier congrès eut lieu à Boulogne sur mer et regroupa 688 participants de 20 pays dont le créateur de la langue, très ému, qui fit un long discours (5).

    En 1959, à l'occasion de la commémoration du Centenaire de sa naissance, Louis-Lazare Zamenhof fut considéré par l’UNESCO comme personnalité importante universellement reconnue dans les domaines de l’éducation, de la science et de la culture.

L'espéranto est basé sur une grammaire simple qui comporte seize règles immuables. La langue peut être apprise en quelques mois. L'apprentissage de la langue est aujourd'hui, grâce à internet, en plein essor et compte environ cinq millions de locuteurs éspérantistes.


          --------------------//--------------------


Louis-Lazare Zamenhof


Dans le sel des violences premières
Gronde les tonnerres des chairs maltraitées
Et des plaies de haine et de souffrance

La petite enfance refuse ce poison
Il faut poser des mots sur les fenêtres des hommes
Des rambardes aux grands feux qu’ils allument

Quelque chose se fomente
Le frère ne doit plus vendre son frère
Les balles ne doivent plus siffler

Poser un bouquet d’espoir
Comme une offrande aux larmes
Pour que les chants reviennent

Quand on n’a que les parfums des fleurs
Pour vaincre la fièvre des malheurs
Alors la parole doit prolonger l’amour

L’universel langage contre l’injure
Les bourgeons des mots comme printemps
L’éloquence plénière pour l’allégresse

Alors Louis-Lazare Zamenhof ouvrit ses mains
Et il s’échappa des grammaires et des substantifs
Qui allaient réconcilier fraternellement les hommes.

Louis-Lazare Zamenhof le plus beau rêve de l’humanité.



          --------------------//--------------------

  (1) Au lycée, en cinquième.
  (2) A l’école et au cours de sa vie, il étudiera huit autres langues dont l’allemand et le français.
  (3) Il y avait une grande différence entre la Lingwe uniwersala et l’espéranto actuel.
  (4) Langue internationale du Docteur Espéranto.
  (5) Extrait : Je suis profondément convaincu que tout nationalisme ne peut apporter à l'humanité que de plus grands malheurs et que le but de tous les hommes devrait être de créer une humanité fraternelle.